photoblog, photographie

Chronique de janvier (2015)

Chouette mois,ensoleillé et doux dans l’ensemble .

15/1/15

15/1/15

15/1/15

15/1/15

4/1/15

4/1/15 impression sur pap.vergé

Le soleil allait se coucher bientôt et sur le quai tout au bout de la marina, je vis des ombres dont je ne sais si elles étaient inquiétantes ou joyeuses.

2/1/15

2/1/15

2/1/15

2/1/15

Bien sûr il y eut quelques jours moches dont celui-ci,une bouillie de gris beige, de la pluie,absolument dégueulasse. Santa Eulalia sous la pluie c’est quelque chose….

22/1/15

22/1/15

22/1/15

22/1/15

Les pigeons ne cessèrent de me distraire et de m’inciter à les photographier. J’attends THE photo prise sous un certain angle et une certaine lumière qui enfin me les fera ignorer,photographiquement s’entend.

29/1/15

29/1/15

Vers la fin du mois,le vrai froid est venu.

DSCN9998 (2) (800x703)

29/1/15

 

29/1/15

29/1/15

impression sur pap. vergé et teinté.

impression sur pap. vergé et teinté.

 

29/1/15

29/1/15

 

Publicités
Par défaut
photographie

Intempérie (1)

Hier,25 avril :Vent hurleur.Pluie en diagonale. Plus jamais le soleil. Remis pull,chaussettes, largués depuis longtemps au placard.L’hiver commence maintenant après le long printemps qui en tint lieu.

Plutôt que d’aller me coucher en boule sous le lit en attendant que ça passe,j’ai décidé d’affronter les éléments – qui d’ailleurs entretemps s’étaient calmés- et d’aller photographier la mer et les pauvres touristes. Pas de touristes, mais la mer était là, et l’air iodé si « ravigotant et tonifiant » comme disait Madeleine ma mère qui ne jurait que par l’océan et méprisait mine de rien ce lac salé nommé mediterranée .

Par défaut
CARNETS D'ARTISTES

Quelques pages des carnets

Exporté d’un blog commencé  et interrompu sur blogger

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Y. m’a redonné le goût du papier, des feuilles qu’on tourne et qui crissent,bruissent.

En mai dernier  j’ai acheté mon premier carnet et l’ai rempli de notes éparses,de photos souvenirs,de fleurs séchées, de griffonnages,barbouillages.

En septembre j’ai commencé un Moleskine  avec mes photos aarloïsiennes préférées de manière à constituer un « dossier » . Mais bien que les photos y soient collées en ordre chronologique, ça n’a rien d’un dossier, mot sérieux. Les pages sont peintes à l’aquarelle, ou teintées à l’encre, aux encres, au thé,au café,à l’eau de grenade. Plutôt que de ressortir sur un fond uni, mes photos se fondent dans la page . C’est mon carnet « d’artiste », rebondi  et dodu . En même temps ou presque j’ai commencé un « carnet des divagations « . Et un 3eme, plus grand  » Le cahier d’hiver ».

escanear0003 aarcarnet

 

2014-01-07 015 (800x629)

le journal de Frida Kahlo -la pluie 4 nov.

Chez S. ce matin j’ai trouvé un livre,  » Le journal de Frida Kahlo  » .

Les pages de son journal avec son écriture, ses mots tracés à la plume, ses dessins,croquis, ses ratures , palimpsestes,  couleurs des encres qui traversent le papier, tout se voit, c’est comme si on feuilletait le vrai journal.  C’est d’un beau !

Il a plu ce matin, doucement puis fortement. L’A.étant fermé, j’ai pris un cortado   à la terrasse (couverte) d’un café de l’embouchure, face à la mer. Je me sentais comme dans un roman : la lumière gris-beige-rosé, une seule  autre cliente – une anglaise-  et ses deux garçons qui jouaient au billard, deux hommes au loin qui semblaient chercher quelques chose dans l’eau, l’un  en avait jusqu’aux genoux,une livreuse de poissons . Dans un roman oui, et je me sentais aussi étrangère .J’adore ça . Il pleuvinait, l’air était doux puis soudain elle s’est mise à dégringoler, la pluie…

 
 

Frida K….  Je trouve la femme plus fascinante  que la peintre .Tant de souffrances exprimées sur la toile me rebutent. Trop viscéral. Trop explicite.  C’est ainsi, sa peinture je ne l’aime pas beaucoup. Mais elle …! Il y a longtemps ,dans un vieux cinéma situé au milieu d’un long,long boulevard triste et vide de la ville où je vivais, par un temps aussi gris et triste que ledit boulevard j’avais vu   » Frida  naturaleza muerta « un film datant de 1983. Il fallait avoir un bon moral pour ne pas ressortir de là complètement déprimé .

 Un chef d’oeuvre dans son genre .Je ne pourrais pas dire que je l’ai aimé , mais je l’ai  trouvé terriblement fort,  ce film est fort. Long aussi, et pesant, pénible mais pas au point de sortir de la salle,ça non. Est-ce possible tant de souffrance, si longtemps ,tout le temps presque !

Sur youtube, taper  » frida naturaleza muerta » on trouve quelques vidéos  du film en question.Celui de 1983. Si on a un excès d’euphorie,ça calme et si on a mal aux pieds, on relativise.

« Rien ne vaut plus que le rire… »

5 nov.

  Une page du livre-journal ouvert au hasard :  » Rien ne vaut plus que le rire .La force c’est rire et s’abandonner. Etre léger.

La « tragédie c’est ce qui est le plus ridicule en l’homme mais je suis sûre que les animaux, bien que souffrant n’exhibent pas leur peine. Et leur douleur est plus authentique que n’importe quelle représentation humaine de la souffrance « 

Une page du  livre   » le journal de Frida Kahlo »  ( Editions du Chêne)


Par défaut